24/03/2022

Coup d’œil dans le rétro : petite histoire de la Fiat 500

Lorsque vous vous lancez dans l’autopartage avec SHARE NOW, vous avez accès à des milliers de véhicules directement depuis votre smartphone. Notre flotte est composée de certaines des marques les plus emblématiques et les plus célèbres du monde de l’automobile. Pour le deuxième volet de cette mini-série, où nous nous penchons sur ce qui a fait des voitures du passé les icônes qu’elles sont aujourd’hui, nous nous rendons en Italie pour découvrir une voiture qui a charmé les foules au cours des six décennies et demie.

umit-yildirim-5CLy2XBCAjA-unsplash
Naissance de la Cinquecento

En 1954, lorsque Dante Giacosa de la Fiat Company a commencé à plancher sur la 500, l’Italie traversait une période d’optimisme d’après-guerre. À l’instar de ce qu’Alec Issigonis faisait en Angleterre à la Morris Company avec la MINI, l’accent était mis sur la simplicité. La 500 devait être abordable, fonctionnelle et économique. Certains disent qu’il s’agissait de la toute première citadine conçue à cet effet, mais tous sont d’accord sur le fait que Giacosa a donné naissance à un véritable mode de vie pour les citadins italiens, un mode de vie qui allait rester populaire pendant plus de 60 ans. Lancée sous le nom de Nuova 500 en 1959, la Cinquecento d’origine mesurait un peu plus de 2,9 mètres de long.

© Image: Ümit Yıldırım / Unsplash

robin-ooode-9uxJt-LtqKU-unsplash
Bricolage et révisions à l’italienne

La Fiat 500 d’origine doit son nom à son moteur. Construite avec un moteur bicylindre de 479 cc (500 cc nominal, d’où son nom), elle ne produisait que 13 chevaux. Il n’a pas fallu longtemps pour que le design inspire des dérivés et des versions modifiées de cette citadine populaire. En 1958, la Nuova 500 Sport était née. La puissance a été augmentée à 21,5 chevaux et, surtout, le design racing crème et rouge a fait son apparition dans les rues. D’autres variantes ont suivi, notamment le break 500 Giardiniera (1960), la Fiat 500 F (1965) avec ses fameuses « portes suicides » montées à l’arrière, et le fourgon 500 Furgoncino (1969).

© Image: Robin Ooode / Unsplash

lukasz-czeladzinski-kjmmwqzFlbY-unsplash
Les modèles de performance Abarth

Tout comme John Cooper expérimentait une version de course de la MINI en Angleterre, Karl Abarth s’amusait avec la Fiat 500 dès 1964. Le designer d’origine autrichienne, qui a ensuite été naturalisé italien et a changé son nom en Carlo Abarth, a commencé à mettre en œuvre une série d’améliorations mécaniques pour porter la vitesse de pointe de la petite Fiat à 140 km/h, tout en améliorant la stabilité et le refroidissement grâce à ces arcs évasés emblématiques. La Fiat Abarth 695 SS a été lancée en 1966 et, sur les 1 000 modèles produits, il n’en resterait que 150 aujourd’hui.

© Image: Lukasz Czeladzinski / Unsplash

jonathan-bean-Q5BVSGt9Ljc-unsplash
Arrivederci, ma vieille amie

Fiat a cessé la production de la Fiat 500 en août 1975. Après 18 ans et près de quatre millions de voitures construites, la dernière Cinquecento est sortie des chaînes de production de l’usine SicilFiat de Palerme, en Sicile. Sa remplaçante, la Fiat 126, lancée deux ans plus tard, n’a jamais vraiment conquis le cœur des Européens. La Fiat 500 n’était pas seulement une voiture dotée d’un excellent design, ni une voiture devenue célèbre simplement pour être un best-seller, c’était un véritable phénomène culturel - une pièce d’ingénierie qui a su capter un moment et un lieu de l’histoire sociale, confortant son statut d’icône, tant en Italie qu’à l’étranger.

© Image: Jonathan Bean / Unsplash

SN Brand-Imagery FIAT500 002 ID 1219
La renaissance du 50e anniversaire

Pour célébrer le 50e anniversaire de son modèle automobile le plus emblématique, Fiat a dévoilé sa réinterprétation moderne de la 500 en 2007. Tout en conservant l’aspect et la convivialité de la voiture classique d’origine, des touches modernes l’ont fait entrer dans le XXIe siècle. Le moteur monté à l’arrière a disparu au profit du moteur avant désormais standard et plusieurs caractéristiques modernes de la Fiat Panda ont été reprises. Ce nouveau design a connu un succès immédiat, et en 2012, Fiat en avait produit plus d’un million. Cette attitude de bricolage n’a jamais disparu et aujourd’hui, Fiat produit plusieurs variantes de la 500, dont la Fiat 500C décapotable et la Fiat 500X taillée pour l’aventure.

share-now-infleeting-fiat500-e-3 1-paris-1 ID 8887
La 500 électrique du futur

Le relancement de la Fiat 500 en 2007 était un succès, mais à la fin des années 2010, les constructeurs commençaient à se tourner vers l’avenir. La Fiat 500 100 % électrique a été dévoilée en mars 2020 à Milan. Propulsée par un moteur électrique de 87 kW (116 ch) et alimentée par une batterie lithium-ion de 42 kWh, la nouvelle génération de 500 avait pour objectif de conserver le design de la voiture originale tant appréciée et de la faire entrer dans l’ère des voitures électriques. Avec la variante de configuration 3+1 portes, même les fameuses « portes suicides » ont fait leur réapparition, et l’héritage de la Fiat 500 semble avoir encore quelques années devant lui.

Les parallèles sont nombreux entre la Fiat 500 et la MINI originale : toutes deux sont nées des nécessités de la fin des années 50 et sont devenues des icônes culturelles dans les années 60, avant d’être relancées au début des années 2000. Aujourd’hui, toutes deux sont entièrement électriques. Mais il y a un certain charme en plus dans la façon dont la Fiat a su capter la créativité et l’optimisme de ces années d’après-guerre, un charme qui la distingue même de la MINI. Si vous ne nous croyez pas, montez à bord d’une Fiat 500 de la flotte SHARE NOW et vous comprendrez.